Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

articles

mon cardiofrequencemetre gps garmin forerunner 305

Publié le par bigben

Plusieurs fois on m'a demandé mon avis en ce qui concerne les cardiofréquencemètres.

Donc avec ma petite expérience de coureur tout terrain voici ce que je pense, sachant que chaque personne est différente et que ce qui suivra n'est que mon humble opinion sur la chose !

Il existe une large gamme de cardio avec des fonctions et des tarifs très différents.

Après m'être renseigné sur tous les cardio gps existant je me suis assez vite tourné vers le forerunner 305 de chez garmin. Alors pourquoi ?

Premièrement je cherchais un produit bien précis avec cardio, GPS, dénivelé, ... et surtout la fonction waypoint et itinéraire, qui permet donc de rentrer des points et des itinéraires sur la montre.En effet, faisant pas mal de montagne et partant souvent à l'aventure sur des sentiers inconnus, ces fonctions me paraissaient indispensable.

Deuxièmement, mon budget n'étant pas illimité ( c'est la crise pour tout le monde ! ), je cherchais le meilleur rapport qualité/prix.

C'est donc tout naturellement que je me suis tourné vers le 305 qui en terme de tarif est imbattable ! en le commandant sur ebay des états unis, neuf, on peut le toucher à 170 euros frais de port compris !

Alors pourquoi mettre 500 euros dans un autre garmin ou polar qui ont les même options ???

Je vais quand même trouver 3 points " négatif " sur le 305 : la montre est assez imposante ( mais ça a ses avantages car on peut afficher plus de données dessus ) , l'autonomie est de 12h maxi. ( mais des courses de plus de 12h, vous en faites combien dans l'année ? ;) ) et pour finir mon premier 305 n'aura vécu que 2 ans, les boutons ne fonctionnant plus du jour au lendemain... faut dire que je l'ai utilisé quasiment tous les jours et aussi en afrique avec de fortes chaleurs et un fort taux d'humidité.

Je vais vous parler aussi de la ceinture : celle du 305 est assez rigide et c'est vrai que les nouvelles comme celle du forerunner 210 sont beaucoup plus souples et bcp plus confortables. Mais lorsque le capteur de la ceinture souple commence à se décoller au bout de deux mois d'utilisation, je pense que c'est très moyen ... donc retour à l'ancienne version beaucoup plus robuste !

Un autre avantage du 305 par rapport à d'autre cardio est qu'il n'y a pas besoins de recepteur gps en plus de la montre ou de podomètre ou quoi que ce soit ! Tout est dans la montre.Pour ceux qui font de la montagne on a déjà tous prix des gamelles et le fait d'avoir la montre plus le recepteur double donc les chances de casser soit l'un soit l'autre. Le seul avantage à avoir un recepteur GPS en plus de la montre est l'autonomie, car le recepteur marche à pile donc il suffit de prendre des piles de rechanges pour avoir une autonomie infinie !

Après je me méfie de tout ce qui est tactile, car je pense qu'en utilisation intensive et par temp de pluie ou en étant en sueur, le tactile doit être moins facile a utiliser, mais faudrait que j'en essai un pour vous faire un compte rendu.

Donc pour finir je suis très content du 305 car c'est un super produit ayant un excellent rapport qualité/prix. Pas besoins d'investir plus de 400 euros, maintenant le seul hic est qu'on le trouve plus difficilement, garmin ne devant pas faire de marge assez importante pour continuer à le commercialiser, c'est vrai car pourquoi continuer à vendre un produit 160 euros alors qu'un produit similaire peut se vendre 450 euros ...

Voir les commentaires

entrainement des kenyans

Publié le par bigben

Je suis tombé sur cet arcticle très interessant qui nous donne une idée de ce que peuvent endurer les pros !

Cette semaine un focus sur les plans d’entraînements pour le cross. Au camp d’entraînement près d’Embu au Kenya se déroulent les trois premières semaines de mars la préparation pour les Championnats du Monde de Cross. Les coureurs masculins courent environ 225 km par semaine et les féminines 145 à 160 km.

Les coureurs kenyans courent à une vitesse exigée pour gagner les championnats du monde ( 2’45" à 2’48" pour les hommes et 3’03" à 3’06" pour les femmes) sur une base presque journalière, et le programme de la semaine inclue des côtes a fond , du travail d’intervalle, des séances de rythme énorme , et 19 exercises au total, tous sur un terrain accidenté à 2000 m d’altitude.

Ces trois semaines de tortures sont précédées de 5 mois de développement qui préparent les membres de l’équipe du kenya à survivre à Embu. Le travail important du stage final ne pourrait pas être réalisé sans cet important travail de base.

Détail du plan d’entraînement

Les coureurs kenyans qui sont dans l’armée s’entraînent en octobre et novembre près de Nairobie , spécialement dans les montagnes abruptes de Ngong avec une altitude d’entraînement d’environ 1600 à 2000 m . L’idée est d’augmenter la concentration des globules rouges du sang? ainsi l’entraînement dur, rapide pourra être mené à bien fin janvier , début février , mais la stratégie n’est pas sans risque . Vous devez faire attention à ne pas perdre votre vitesse de pied lorsque vous vous entraînez à des altitudes aussi hautes". Comme les kenyans le savent bien , la pression d’oxigène réduite en haute altitude conduit souvent a diminuer les allures moyennes d’entraînement, qui pourrait potentiellement réduire la forme compétitive en dépit du dopage naturel du sang.Les kenyans tentent de combattre les éffets de l’altitude sur la vitesse du pied en réalisant des séances d’intervalles rapides et des séances de fartlek ainsi William Siegei ( 26’52" ) sur 10000 m effectua un entraînement de 8 intervalles de 1 mille a une allure de 4’30 par mille ( 2’47"8 ) au km est presque exactement le rythme exigé pour gagner les championnats du monde de cross. Le résultat est que lorsque Siegei descend pour courir contre les coureurs internationaux au championnat du monde de cross, l’allure pour gagner très familière et lui semble plus supportable puisqu’elle n’a pas été soutenue dans l’air pauvre des hauts plateaux du kenya.

Lundi: une course facile de 30′ , 1 heure de course longue… Mardi :une séance d’intervalles courue a l’allure de compétition ou plus vite. Une séance type pourrai être: 12 x 400m, 6 x 800 ou 5x 1000…Mercredi : une course facile de 45′… Jeudi une course a allure constante de 8 kms environ 24′ ou 8 kms de fartlek rapide..vendredi : une course facile de 30′ , circuit training..samedi : course facile de 30′..dimanche : course facile d’un heure..

Le volume est juste de 100 kms par semaine , bien moindre que celui des coureurs européens ou américains . Lorsque vous prenez en compte que beaucoup de séances sont à la base très modérée mais finissent par un 800 m ou un mille près de la vitesse de course , le total au seuil ou plus vite atteint 25% du total. En Fevrier , la charge diminue une dernière fois , atteignant juste 60-80 kms par semaine , mais les intervalles et le fartlek sont réalisés à une vitesse encore plus élevée.

La saison de cross country kenyanne de 5 mois les pousse vers des sommets de capacité physique ,et l’entraînement hautement spécifique effectué a Embu dans lequel les membres masculins et féminins des équipes kenyannes courent au moins chaque jour à la vitesse du championnat du monde , ajoute un peu de forme qui rend les kenyans au top niveau.l’orsqu’ils descendent d’Embu , à une altitude de 2000 m pour prendre part aux championnats du monde qui se courent en principe au niveau de la mer, les kenyans se sentent comme dans un fauteuil lorsqu’ils courent à la vitesse exacte qu’ils ont pratiquée dans l’air appauvri d’Embu.

Voir les commentaires