Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SKYRHUNE 2014

Publié le par bigben

Par où commencer ... il y a tellement à dire !

Remontons à quelques mois où Nicolas Darmaillacq me contacte pour participer à la première édition de cette Skyrhune. A l'époque je suis encore blessé et j'avais pas envie de me projeter, le principal était déjà de me soigner ... et en août, voyant que je commence à revenir, c'est parti mon kiki, je dis à niko que ça va être bon pour la skyrhune, je serai de retour !

Donc tout le mois de septembre, l'entrainement était basé sur pas mal de séances de VMA pour retrouver de la vitesse et quelques sorties montagne pour se faire les jambes pour la descente. Durant ce mois j'apprends également que la course va être pas mal relevée, voir même très relevée ! Niko à vraiment fait un boulot de fou et a réussi à réunir un plateau de coureurs "élite" assez énorme.

Voici les noms des principaux favoris extraits d'un arcticle :

"Des coureurs de niveau International ont déjà répondu présents, et le duel entre les meilleurs français et basques espagnols sera très intéressant. Côté hispanique, on aura déjà la présence d'Oier Arinzabareta, Hassau Ait Chaou, Inaki Uribe Etxebarria ou encore Oscar Perez Lopez, un des meilleurs mondiaux sur les courses de très longue distance. Face à eux, les meilleures chances françaises seront Alexis Sevennec, Maxime DURAND, Jérôme Fournier, Yann Mondot et pourquoi pas Benoit Cori. Toujours parmi les favoris, sont aussi inscrits, Sébastien Buffard, Joseba Larralde, Julien Jorro, Grégory Doucende, Clément Barret, Pierre Bustingorry, Claude Escots, Grégory Kiene, Christian Montuelle, Asier Azpezetxea, Julien Blanchet, Ludovic Pollet, Philippe Bordenave … "

Du coup ma motivation était décuplée, quelle chance j'ai de pouvoir me frotter à des champions, chez moi, sur "mes terres" sans devoir faire 6h de route !

Pour finir sur la préparation, celle-ci s'est très bien passée, à J-15 j'ai arrêté le chocolat et à J-7 ma chérie m'a pris en charge pour les menus et j'ai réussi à tomber à moins de 80kg, objectif poids atteint !

Mon seul moment de "déviance" fut la veille au soir de la course où mon menu a été hamburger frites, enfin c'est pas un repas qui va changer la donne !

Allez, passons au jour J !

J'ai pas mal ressassé le parcours dans ma tête, car je le connais par coeur ( c'est l'avantage de jouer à domicile ) , et j'essayais de prévoir une "tactique" de course mais en fait ça sert à rien de prévoir, faut juste courir à la sensation sans se mettre dans le rouge et c'est ce que je décidais de faire, en essayant de m'accrocher un maximum à ceux qui seront devant moi.

L'autre question était de courir avec ou sans gourde. Car c'était grand soleil avec des températures avoisinant les 30°, alors 2 choix possibles : prise de risque maximum et je fais la première partie de course sans eau et au premier ravito ( à environ 45' de course ) mon équipe de choc ( mon frère antoine et pachi ) me filent ma ceinture avec gourde, ou soit je pars directement avec ma ceinture pour assurer le coup car je suis persuadé que durant la course, il y en aura plus d'un qui va péter une durite ( moi même je peux y avoir droit d'ailleurs ... )

tic, tac, tic, tac , allez prise de risque et je décide de partir sans rien pour le départ !

Je démarre donc de chez moi vers 13h15 ( le départ est à 15h ), j'arrive vers 13h45 pour retirer le dossard, je passe voir le stand endurance shop pour leur faire un petit coucou, je fais encore plus ample connaissance avec laurent et nicolas les fondateurs de trail runner fondation dont je vous invite à aller voir le site ( http://trailrunnerfoundation.com/ ) et à adhérer, ce qu'ils font et mettent en place est vraiment énorme et ils faut qu'on s'y mette tous !

Après direction l'échauffement avec le célèbre paxcalou des gambas trail ! Pascal quelle facilité avec ton petit sourire en coin !!!

 

 

Durant l'échauffement je croise Mattin qui part monter la Rhune pour nous voir au sommet et tout se passe très bien.

15h00 : voici le départ, les choses sérieuses commencent enfin, depuis le temps qu'on attendait tous ça !

Direct Oier Arinzabarreta part très fort comme à son habitude ( il fait partie de la sélection de trail du pays basque espagnol, très très très gros niveau ! ), et personne ne le suit, nous sommes sur une partie bitumée qui ne monte pas encore trop fort, et petit à petit je décide de boucher le trou pour me retrouver collé à ses baskets, quitte à être avec ces champions autant essayer de rester à leur contact un max de temps !

En fait je ne resterai même pas 5' avec lui car la pente commence sérieusement à s'accentuer et je vois bien que si je veux finir correctement la course faut vite ralentir !

Je jette aussi un coup d'oeil au cardio, 165 bpm, il est donc vraiment temps de le laisser partir et de continuer à son rythme.

KM 2 : Nous sortons enfin de la route pour attaquer la montée dans les cailloux, je suis toujours 2 mais je me doute que la meute derrière n'est pas très loin ! Et soudain il y en a un, alexis sauvennec qui me double comme un boulet de canon ! qu'est ce qui se passe ? suis-je à l'arrêt ? le mec, est-il un extra-terrestre ? j'ai peur ! lol Je commence vraiment à me poser des questions et je me dis que tout le monde va me passer tranquille... pour finir il s'avère que cet alexis est sportif de haut niveau et surtout spécialiste de ski d'alpinisme ( niveau international ) donc j'ai de la chance, tout le monde ne va pas doubler ! enfin pas encore !

Derrière forcément ça revient, Hassan AIT CHAOU me rattrape et me double et je décide de m'accrocher à ses baskets, derrière moi Joseba LARRALDE prend mes baskets.

Hassan est une très grosse pointure (en équipe de trail du pays basque) et Joseba est normalement un cran en dessous ( il y a 2 semaines nous nous sommes affrontés sur un trail de 10km ( sara korrika ) et je lui avais mis une bonne minute, donc en théorie il devrait décrocher assez vite.

Nous faisons toute la montée ensemble à trois, je suis dans les tours mais pas à fond non plus, mon objectif étant d'arriver en haut de la première difficulté avec Hassan pour profiter de la descente et de mes "talents" de bon descendeur pour me refaire une santé.

KM 4.3 : arrivée en haut du miramar, hassan à pris quelques mètres d'avance mais je suis juste placé où il faut pour l'avoir en ligne de mire dans la descente, Joseba est toujours derrière moi et c'est parti pour une première partie de descente assez technique et engagée. J'essaie d'envoyer et là, j'ai trouvé à qui causer : hassan descend mieux que moi, il me prend encore quelque mètres d'avance ! chiotte ! c'était pas trop prévu ça !

D'un autre côté ça me dit qu'il faut encore travailler la descente, on peut toujours progresser. Quand la partie devient plus roulante, j'allonge la foulée, et mon travail de vitesse paie, je reviens donc sur les talons d'hassan. Durant cette descente, nous avons perdu joseba, celui-ci est moins bon descendeur et du coup nous avons fait un petit trou.

Durant 5km c'est une succession de plat et de descente, ça va vite et hassan se casse la figure devant moi. Je m'arrête pour voir si tout va bien, il me dis que oui et nous repartons, ce qui profite à joseba qui était pas loin de nous et qui du coup nous a rattrapés.

Avant le premier ravitaillement, encore une descente qui va vite et caillouteuse, hassan reprend de l'avance sur moi et moi je reprends de l'avance sur joseba !

KM 9 : enfin le premier des deux ravitaillements ! il était temps, il faisait très soif !

Comme dirait la célèbre tavernière dospital nathalie : "Passe moi la gourdasse, j'ai grand soif!"

Mon équipe de choc est présente pour donner ma gourde, je bois 4 gobelets d'eau le plus vite possible, hassan est déjà reparti et joseba arrive quand je repars. Et le plus étonnant est qu'oier qui était en tête avec alexis est à l'arrêt au ravitaillement ! coup de chaud sans doute, coup de bambou, enfin toujours est-il qu'en repartant je suis 3 maintenant !

Ca fait du bien au mental même si la course est très loin d'être finie. Maintenant je suis remonté à bloc pour affronter la montée de la rhune, c'est parti mon kiki !

Je me mets donc à 160 bpm et je monte à mon rythme, joseba doit être à moins de 30" de moi, et je sens qu'il me rattrape ! chiotte chiotte chiotte ! moi qui croyais être plus fort que lui, je vais me faire avoir ! Ce qui me réconforte c'est qu'en descente je vais plus vite que lui donc s'il me double, faudra que je m'accroche jusqu'en haut !

KM 10 : ça y est, joseba est derrière moi ... ça pue du cul ! Il est en forme le bigre ! et ce qui devait arriver arriva, il me passe devant et prend assez vite quelques mètres d'avance. Je suis maintenant 4ème, c'est toujours bien !

Va peut être falloir que je pense à regarder derrière moi au lieu de devant  suis je en train de penser ...

KM 11 : arrivée en haut de la chapelle, on va attaquer une partie descendante, je rattrape vite joseba et le double et j'essaie "d'envoyer" pour prendre un peu d'avance car après ça va encore monter plus dur.

KM 12 : j'ai réussi à prendre environ 30" d'avance sur joseba, on se tire vraiment la bourre, et à partir de maintenant on attaque une montée, la "montée" ! 700m de d+ sur 2km . On m'annonce hassan à 2 minutes et le premier à 6 minutes. Je pense que les deux premières places sont jouées et que maintenant il reste la dernière place sur le podium qui est en train de se jouer entre joseba et moi.

Je me dis que joseba risque encore de me reprendre dans cette montée, je monte à mon rythme, en marchant, 160bpm, et j'aperçois joseba juste derrière mois, toujours à une petite trentaine de secondes. L'écart stagne, est-ce bon signe ou pas ? j'en sais rien du tout ! car peut être que c'est nous qui marquons le pas et que le quatrième reviendra sur nous. Enfin on continue à monter, il fait toujours aussi chaud, et soudain j'aperçois hassan !

KM 13 : ayant aperçu hassan je me met en mode robot ! j'imprime un rythme et je le garde jusqu'en haut ! je ne faiblirai pas ! et comme quoi le mental joue vraiment une part énorme dans le sport, car l'écart avec joseba commence à augmenter tandis que je rattrape hassan, doucement mais surement ! Mon objectif est maintenant de rattraper hassan au sommet, pareil il a un coup de moins bien et  je pourrais l'accrocher dans la descente me dis-je. Mon "plan" marche à merveille, de plus j'entends énormément d'encouragement, des "allez benoit !!! " qui arrivent d'en haut de la rhune, il n'y en a que pour moi, c'est énorme ! j'ai une pensée pour hassan qui lui n'a quasiment pas d'encouragement car vu que je suis quasiment à ses côtés, les gens veulent que je le rattrape, c'est encore l'avantage de jouer à domicile !

Un photographe de classe internationale prénommé stephane duhalde dit dudux est présent et fait toujours de très belles photos pour tout le monde, merci encore à toi steph !

KM 14 : arrivée au sommet de la rhune, dans les baskets d'hassan ! C'est ici qu'a lieu le deuxième ravitaillement, on m'aide à remplir ma gourde ( merci ! ) je bois 4 gobelets et je repars vite aux trousses d'hassan qui est parti depuis quelques secondes.

Derrière moi un trou est fait, joseba est maintenant à 2 minutes, étant donné que je descends mieux, si j'assure la descente ma place sur le podium sera là ! génial !

J'ai donc hassan en ligne de mire et c'est parti pour une longue descente et là, patratras, des crampes aux mollets et aux cuisses commencent à arriver ! encore chiotte chiotte chiotte ! c'est pas possible !!! Déjà c'est plus la peine de faire la chasse à hassan, et maintenant faut assurer en s'économisant un maximum car c'est pas le moment de s'écrouler à terre à cause des crampes . Je gère donc la descente à un bon rythme mais pas à fond, il me tarde la dernière petite remontée car la descente commence à faire mal.

KM 16 : ça y est on arrive au pied de la côte, je vois hassan qui à dû me prendre plus d'une minute, derrière moi personne et je prie pour que ça ne revienne pas ! ce serait trop râlant de se faire doubler à la fin à cause de crampes, mais en même temps c'est le jeu !

Je regarde derrière, personne en vue, ça a l'air tout de même bon pour moi.

KM 17 : arrivée en haut de la dernière difficulté, les crampes ont disparu, il n'y a plus qu'une dernière descente à gérer, le point positif d'être seul avec personne devant ni derrière est que l'on profite un peu plus sans se mettre dans le rouge pour les derniers kilomètres.

KM 18 : notre caméraman de classe internationale inaki jaureguiberry m'attendait et va finir le reste de la descente avec moi en me filmant avec sa go pro, ça permet de discuter et surtout de finir les derniers kilomètres qui sont sur le goudron plus rapidement avec de la compagnie. Les pieds chauffent, un orteil me fait mal, faut vraiment pas être normal pour aimer se faire mal comme ça mais va savoir pourquoi, nous sommes nombreux à aimer ça et à continuer !

KM 20 : j'ai soif, dominique haira qui voulait voir les coureurs me propose de l'eau mais j'ai lu le règlement et c'est pas le moment de craquer et de prendre une pénalité pour ravitaillement en dehors des zones ! Je refuse donc à contre coeur ... snif ... !

KM 21 : ça y est, enfin la sensation du devoir accompli, la ligne d'arrivée est là, mes enfants sont toujours présents avec ma femme juste avant la ligne, je prend eneko avec moi pour passer la ligne d'arrivée et c'est fini !!! Troisième, je suis super content, je n'aurai pas pu faire mieux, alexis est intouchable, hassan a été plus fort aujourd'hui et m'a impressionné en descente, et moi je fais trois, super heureux de ce classement !

Joseba qui m'a impressionné tout le long du parcours a malheureusement craqué sur la fin, victime de crampes et va finir 6ème à un peu plus de 10 minutes de moi.

Celui qui fait la bonne opération URIBE ETXEBARRIA inaki qui a super bien géré la course et fini à une jolie 4ème place,  DOUCENDE gregory complétant le top 5 .

Le classement complet ici :

http://www.pb-organisation.com/SKIRHUNE%202014.pdf

 

Nouveauté pour moi, à l'arrivée, contrôle anti dopage ! Depuis le temps que je l'espérais celui-là ! Donc au début je me suis dis cool, un petit pipi dans le bocal puis récupération à la bière mais en fait ça n'a pas été si simple que ça ... nous étions 8 à être contrôlés et avec la chaleur et la déshydratation, malgré l'eau bue à l'arrivée, impossible de pisser la contenance voulue au début ... j'ai du boire en gros 8 litres et j'ai pu enfin sortir du contrôle à 19h30 ( je suis arrivé à 17h30 ) . Donc la plupart des amis et mon frère étaient déjà repartis et ma femme avec les enfants en a eu un peu marre de m'attendre et je la comprends.

De plus j'avais tellement bu au contrôle qu'en arrivant voir les copains et bien je pouvais plus rien boire donc niveau consommation bière j'ai été très tristounet ...

De ce fait, j'espère bien ne plus avoir de contrôle anti-dopage ! ;)

Pour finir la soirée en beauté, superbe remise des prix, superbe ambiance, repas offert à tout le monde présent ( que ce soit pour les coureurs où les accompagnateurs, avec charcuterie, quiche, pizza, gâteau basque, ... ) , puis vers 23h je décide de rentrer à la maison car je commençais à être cuit cuit cuit !

Pour conclure, superbe journée, superbe ambiance, superbe organisation, super mal aux jambes, supers coureurs, supers spectateurs, enfin tout super quoi !!! en plus c'est à côté de la maison donc on va dire vivement l'année prochaine qu'on remette ça !

Cerise sur le gâteau, merci à mon partenaire endurance shop bordeaux et julien grelot qui m'a eu un dossard pour les templiers ( le 73km ), donc maintenant que la skyrhune est passée, prochain gros objectif les templiers ! go go go !!!!!

 

 

Commenter cet article
C
J'étais dans la course à la lecture de ce résumé. Merci.<br /> Bravo pur la course et la place !!<br /> fft
Répondre
P
merci pour le clin d oeil et bravo encore , et en route pour les templiers , tout est permis merde , allez go go go .....
Répondre
B
Bravo pour cette magnifique 3e place avec un plateau aussi relevé !! Et Merci pour tes récits toujours aussi passionnants qui nous font vivre les courses.<br /> C'est super que tu participes au Templiers !! Va falloir faire du volume maintenant pour tenir le rythme sur 73km. Tu seras avec le gratin des traileurs français mais attention pcq maintenant ils vont te voir venir et ne vont pas vouloir te laisser filer comme à la Sainté-Lyon ;-))
Répondre
L
Enorme!!!
Répondre