Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

5/ SAINTELYON 2013 : UN TRUC DE FOU !!!!

Publié le par bigben

SAINTELYON 2013 : peut-on vivre quelque chose de plus fort encore ?

1/ Préparation :
Depuis que j'ai su qu'un dossard m'avait été attribué grâce à mon frère et Olivier, la Saintélyon a été mon plus gros objectif, d'ailleurs jamais auparavant je n'avais participé à une course de cette envergure.
Me frotter à ce qui se fait de mieux en France m'enthousiasmait énormément et cela me permettrait de me situer au niveau national, car je ne sais pas trop ce que je vaux.
Donc le dernier mois de préparation fut principalement axé sur de longues sorties avec pas mal de seuil, la vitesse ayant été acquise auparavant grâce notamment aux 15km de la Nive où j'ai réussi à tenir à plus de 18km/h de moyenne.
Durant toutes ces longues sorties, aucun couac et je me sentais de mieux en mieux, surtout sur du long, par contre je sentais  une légère perte de vitesse lors de mes fractionnés, on ne peut pas tout avoir !
Un gros changement lors de cette préparation est au niveau diététique : j'ai demandé à ma femme de me prendre en main, et je me suis mis à ses ordres pour 15 jours avec pour objectif de perdre 2 kilos. Etant donné que je mange beaucoup de conneries et qu'un apéro ne se refuse jamais ;) , j'avais espoir qu'en faisant attention pendant ces 15 jours, je pourrai atteindre un poids que jamais je n'avais atteint !
Le régime était simple : pâte le midi, légumes le soir, toujours avec un peu de viande puis fruits lorsque j'avais un petit creux, le tout à ma faim. Le plus dur étant abstinence d'alcool ... surtout lorsqu'un certain Ludo passe à la maison pour boire sa Fischer d'un demi litre et que moi je dois rester au thé ... franchement ne pas boire un coup n'est pas humain, ça vous coupe du monde ! Heureusement que c'est que 15 jours et que je compte bien me rattraper par la suite !
Mon arrivée sur Lyon s'est bien passée, mon frère est venu me chercher à la gare vers 00h30 samedi. Un gros dodo, petit tour au marché le matin pour faire les approvisionnements car dimanche repas familial pour fêter les 1 an de la petite Louise puis retrait du dossard vers 12h30, aucune queue à faire, c'était la bonne heure pour y aller !
A midi, je refuse une bière à contre coeur et devinez que mange-t-on ? des pâtes ! 
Petite sieste l'après midi d'une heure puis on se prépare doucement.
Vers 19h00 départ de la maison direction chez Vince pour manger vous savez quoi ? Des pâtes ! lol . Chez Vince des amis nous rejoignent notamment Olivier à qui je dois une fière chandelle car c'est lui qui m'a trouvé le dossard.
22H00 départ pour sainté avec mon équipe de choc composée de Max et Charly (mes deux frères) ainsi que vince qui connait le parcours par coeur, ainsi que les sens interdits ... ;) 
Mon équipement se limite au strict minimum : c'est à dire le matos obligatoire, une réserve d'eau, 2 tubes de lait concentré et 2 figolus, le tout sur une ceinture.
Direction le hall où tout le monde attend impatiemment le départ. C'est quand même énorme de voir tous ces gens prêts à aller affronter une nuit blanche avec ce froid ! En tout cas on va en chier, du premier au dernier !
J'attends donc en compagnie d'Olivier puis vers 23h40 nous commençons à nous diriger vers le départ où déjà pas mal de personnes se sont installées dans les SAS. Mon objectif étant un top 10 et ne sachant si j'avais la chance de partir avec les "élites" je demande à un monsieur de l'organisation si je peux me permettre de partir devant et il m'a gentiment autorisé à y aller. Encore un signe du dieu de la bière qui est à mes côtés !
Je suis donc aux côtés de mecs qui font rêver avec des palmarès impressionnants ! J'en ai de la chance !
Le départ est très proche, le speaker nous demande d'allumer nos frontales, 3, 2, 1, c'est parti mon kiki !
Le départ est rapide mais sans plus, je m'attendais vraiment à pire. Bien sûr les relais prennent vite les devants mais cela ne nous regarde pas ! Je me cale donc dans un peloton composé d'une bonne vingtaine de coureurs avec Emmanuel Gault dedans. Je parle de lui car c'est le seul sur qui je peux mettre un nom sur un visage, de nom j'en connais certains mais avec nos bonnets et la nuit impossible de savoir qui sont les autres ! De plus Manu a le dossard 1 ce qui empêche de passer inaperçu ! 
Nous nous dirigeons vers la première difficulté, et je pense que la première partie assez roulante fut courue à un peu plus de 16km/h.
Ma statégie de début de course est de ne pas me mettre dans le rouge, c'est tout ! Et quand ça commence à monter je décroche du petit peloton , en effet ça va un peu trop vite pour moi et mon objectif top 10 fait que je ne veux pas m'exploser et donc pas jouer les premiers rôles.
Par contre au fur et à mesure de la montée je rattrape des coureurs, sont-ils partis trop vite ? Car je n'ai pas l'impression d'avoir accéleré. Mon rythme est donc bon jusqu'à ce que je rattrape le seul que je connaisse : le dossard numéro 1 ! Alors là, je me pose des questions: que faire ? Je me sens vraiment bien mais si je commence à dépasser Manu Gault, c'est qu'il y a un souci ? Je cogite une minute et sentant que je n'étais vraiment pas dans les tours je me dis et bien vaille que vaille, ça va chier je continue à mon rythme ! lol
Le terrain est gelé, il y a encore de la neige et j'aime ça ! Les appuis sont très bons et je me sens vraiment à mon avantage sur ce terrain glissant.
Je m'aperçois que je vais plus vite que les autres, à mon avis le fait de faire pas mal de sorties sur des terrains techniques m'a vachement aidé alors profitons-en ! Enfin ce n'est pas pour autant que c'est facile car je me suis quand même pris une bonne gamelle mais sans gravité. ( merci au dieu de la bière qui est toujours avec moi ;) )
J'arrive donc au premier ravitaillement à St Christo, KM 16 en 3ème position en compagnie de Julien Navarro . 
les skieurs de shangai !
Mon équipe de choc ( que je nommerai les skieurs de Shangaï à cause de la tonne de vêtement du Charly, on croirai qu'il part au ski ! )entre en action, Maxime au bidon me le change en 2 secondes, Vince le roi de la topographie m'encourage à fond les bananes et justement Charly me donne ma banane entière ! Ravitaillement express donc exécuté comme des professionnels avec des tonnes d'encouragement !
Retour à la course où Julien Navarro va trop vite pour moi dans les montées mais en descente je le rattrape donc nous allons faire tout le trajet jusqu'au troisième ravitaillement ensemble.
Durant toute cette partie je ne prends aucun relai car je pense être parti bien trop rapidement, être troisième à ce moment me paraît présomptueux je reste donc dans les baskets !
Toute cette partie se passe bien je me sens bien, pas dans les tours, concentration au maximum, ce n'est que le début !
Arrivé au deuxième ravitaillement, à Ste Catherine KM 30, mon équipe de choc est toujours aussi parfaite et également aussi surprise de me voir à cette position au bout de ces 30 km. Mais je suis toujours bien, normal, " que 30km " ont été faits.
Nous rattrapons le premier,  qui était parti sur un rythme d'enfer mais qui nous laissera vite partir puis soudain je commence à sentir que mon compagnon de course ralentit légèrement, je décide donc de prendre un relai car je me sens toujours super bien et c'est pas cool de laisser le même toujours en tête.
Ca va être je pense le tournant de la course. Car sans avoir l'impression d'accélerer je passe devant et je commence à distancer mon compagnon.
Alors là des tas de questions me traversent l'esprit : que se passe-t-il vraiment ? Suis-je parti beaucoup trop vite ? Est-ce que derrière ça se regroupe pour mieux revenir sur moi en accélérant sur la fin ? Faut-il en garder énormément sous le pied ? J'en sais rien !!! Mais en tout cas je profite à fond car être en tête de la Saintélyon, ne serait-ce qu'une dizaine de kilomètres est déjà une chance inouïe ! Donc je continue mon bonhomme de chemin mais une grosse inquiètude me perturbera au bout de 2h30 de course : des débuts de crampes arrivent aux mollets et derrière les cuisses ! C'est pas possible ! ça ne m'étais jamais arrivé, même aux 100 km de Millau les crampes sont arrivées après "seulement " 7h30 de course ... alors là je me dis aïe aïe aïe, il ne reste plus de 40km ça va être chaud patate ! Mais je sais que l'explication en est le froid... Je sais que je suis sensible au froid et le fait d'être sur un plateau avec un peu de vent fait que mes jambes ne réagissent pas trés bien ! Donc concentration à fond sur la foulée pour être le plus économe possible et puis ça passe ou ça casse !
Arrivée au troisième ravitaillement: les skieurs de Shangaï donnent toujours autant de voix et sont toujours aussi efficaces ! J'ai même l'impression qu'ils commencent à être plus stressés que moi car me voir arrivé en tête c'est énorme ! De même je profite de ces moments car je sais pas si ça va durer, derrière ils vont bien tenter de revenir ! 
Mais étonnamment je suis toujours assez confiant car je trouve mon rythme bon , j'en garde sous la semelle au cas où je me ferais rattraper pour rester dans les baskets de celui qui pourrait me doubler.Les débuts de crampes ont disparu, le moral est bon, donc poursuivons comme cela ! Je prie seulement de ne pas avoir de coup de bambou comme c'est arrivé a Millau au bout de 4h de course ...
Mes seuls moments "de panique" seront lorsque des relais me rattrapent : c'est arrivé 3 fois et à chaque fois je sens une lumière me rattraper puis forcément me doubler et à ces moments je prie toujours mon dieu de la bière pour que ce ne soit pas un solo qui me dépasse ! Et heureusement ce ne fut que des relais ! D'ailleurs petite dédicace à un relayeur au short de surfeur, excellent la tenue !
Arrivé au troisième ravitaillement à St Genoux, KM42 tout va toujours très bien et l'on m'annonce 5' d'avance sur mon poursuivant : punaise que ça sent bon ! Nous sommes à mi-course et 5' est assez conséquent même si une défaillance peut vite arriver et tout me faire perdre. C'est à ce moment que je me dis que quelque chose de grandiose peut se produire, ne serait-ce que terminer sur le podium ! Alors concentrons-nous et continuons ! Surtout ne pas se perdre, garder un maximum de lucidité, et regarder où mettre ses pieds .
J'espère même que la course raccourcisse pour en finir au plus vite et rester bien placé ! Mais ce ne fut pas le cas, tout le tracé a été respecté cette année, d'ailleurs super tracé ! 
Les côtes et les descentes s'enchainent, de courageux spectateurs m'encouragent, ça fait bien plaisir, puis sur les hauteurs, on a de superbes points de vue sur l'agglomération lyonnaise.
La course suit son cours et une chose m'importe c'est d'arriver au prochain ravitaillement voir les copains, leurs sourires et leurs encouragements !
Ca y est, KM 55 , ravitaillement de Soucieu, que du bonheur encore une fois, ravitaillement express, le cri de guerre des copains qui gueulent PIPE, il y a pas d'explication à ça , mais moi je croyais entendre Bite, donc je leur renvoi le cri en gueulant bite ... pas très malin mais mes neurones ne fonctionnent plus vraiment à cette heure ...
Cerise sur le gâteau, on m'annonce 8' d'avance, ça commence vraiment à sentir bon !!! Je creuse l'écart sans vraiment me donner à 100% , il reste 20km et là c'est tout l'entrainement des dernières semaines qui va payer et me faire tenir ces 20km à une bonne allure. De plus je sais que si j'arrive à Beaunan avec cette avance, la course est gagnée !
Donc le moral est gonflé à bloc, de plus je rattrape des coureurs des autres courses, double avantage à cela : des encouragements et en même temps, peu de chance de se perdre ! ça sent bon !!!
Des VTT ouvrent la route, c'est bien sympa et un gars que je ne connais pas décide de courir avec moi pour les 15 derniers kilomètres. No comment.
Tout se passe toujours parfaitement, aucun mal de ventre, pas trop froid, pas trop chaud, les bananes et le coca passent bien , génial ! Les difficultés et les descentes s'enchainent sans souci, quel bonheur !
Et là, j'arrive à Beaunan, avec 10' d'avance ! Incroyable, je pensais que derrière ça allait revenir et pas du tout, j'ai réussi à tenir la baraque, plus qu'une difficulté, cette fameuse côte qu'on m'annonce comme un mur et que je ne connais pas ( aucune reconnaissance du parcours pour moi ... ). Je la monte en trottinant et même en forçant un peu pour être sûr de ne pas se faire rattraper dans les 7 derniers kilomètres, on ne sait jamais.
Les derniers kilomètres furent avalés rapidement, des tas de choses me traversent l'esprit, je pense à ma femme, mes enfants, mes grands parents ( mes deux pépés sont d'anciens mineurs, ils en ont chié toute leur vie donc c'est pas courir 75km de temps en temps qui peut me faire du mal ... ), même en courant une certaine émotion m'emporte ...
Et là, voici l'apothéose:
Arrivée !!! Alors là c'est l'extase complet ! Je plane, je vole, qu'est ce qui m'arrive, où sont les skieurs de Shangaï, des flashs de partout, j'ai presque envie de prendre les coureurs qui arrivent de la Saintexpress dans mes bras, un truc de fou comme il m'est jamais arrivé, c'est fort, très fort et faut que j'arrive à empreindre mon cerveau de poulet de ces moments ! J'ai les larmes aux yeux ( faut pas que je pleure merde, je suis pas une gonzesse ! ) que d'émotions ! Franchement j'aimerais que chacun d'entre nous vive ça, j'ai une chance inouïe de me trouver là alors je savoure ! 
Puis on me fait avancer à un endroit pour me poser des questions avec la pancarte des sponsors de la course derrière moi, comme pour les pros du foot ! 
Je répond sur le tas à quelques questions mais une seule chose m'importe c'est de vivre ça avec mes skieurs que j'ai très envie de serrer dans mes bras, c'est des moments que je veux partager et c'est je le répète en grande partie grâce à eux si je suis là. 
Après c'est récupération du t-shirt finisher et oui j'y tiens à celui-là , et d'ailleurs pour l'anecdote la femme ne voulait pas me donner le t-shirt au début car elle croyait que je ne faisais pas la Saintelyon mais la Saintesprint ! Enfin ça n'a pas duré longtemp et j'ai eu mon t-shirt ! 
Puis là, petit moment où j'ai "râlé" : les douches étaient trop loin à mon goût et je pense que tous les finishers de la Saintélyon ont du penser ça ! ça devait représenter que quelques centaines de mètres et tu vas me dire après 75km tu peux bien faire 300m mais moi je vais te dire qu'après 75km, même 50m ça m'aurait embêté de le faire ! C'est pas vrai ? Enfin c'est partout pareil et je déconne bien sûr mais la petite douche chaude a fait du bien puis direction les journalistes pour répondre à leurs questions plus en détail, toujours accompagné des skieurs de Shangaï bien sûr.
A la table des journalistes on nous offre gentiment un café bien chaud, d'ailleurs à ce propos chapeau à toute l'organisation et à tous ceux qui filent un coup de main pour cette épreuve car eux aussi passent une nuit blanche et je pense qu'ils doivent tous être autant fatigués que les coureurs ( sans le mal de jambes quand même ) , donc merci à eux !
Il va être 8h00, nous décidons de rentrer chez Max pour se prendre un copieux petit déjeuner ( je vais quand même payer mes chocolatines ou plutôt pains au chocolat comme on dit sur Lyon ;) ) , puis on va essayer de dormir un peu avant de retourner sur Lyon pour 11h00 et la remise des prix. 
Bien sur impossible de dormir, l'excitation est toujours là, et ce qui est marrant c'est que même mes frères n'arriveront pas à dormir 1h00 tellement eux aussi ont apprécié cette aventure ! Qu'est ce que ça me fait plaisir de les savoir si contents !
Nous retournons sur Gerland et nous continuons à voir un flot de coureurs arriver, respect à eux car ils en sont à plus de 11h00 de course et ils continuent au mental pour devenir des finishers. D'ailleurs sans  cette masse de coureurs la Saintélyon ne serait pas aussi énorme qu'elle peut l'être comme aujourd'hui donc encore respect à tous les finishers, surtout les derniers !
A 11h00 les récompenses commencent, tout le monde défile, je tire mon chapeau spécialement aux catégories  V3 et V4 de la Saintélyon car réussir à finir cette épreuve à cet âge c'est beau, j'aimerais pouvoir être comme eux plus tard !
A mon tour de passer, le meilleur pour la fin comme j'aime le dire et encore un moment à ne pas oublier même si en intensité c'étais bien moins fort que l'arrivée ! Le trophée est super, il ira direct dans le salon, et ce sera le seul !
Mes skieurs sont toujours à mes cotés, et nous rentrons à la maison avec un autre objectif précis : boire le plus de bières possible !!! 
Le dimanche fut super, repas en famille pour fêter l'anniversaire de la petite Louise ( la petite fille de Max 1an ), d'ailleurs merci à la maman car elle s'est tapée toute la préparation de ce super repas sans nous vu que nous étions bon à rien !
Maintenant je suis toujours sur un nuage, je remercie tout ceux qui m'envoient des messages de félicitation, ma femme qui me supporte avec mes entraînements et mes courses puis les skieurs de Shangaï qui m'ont mis dans des conditions rêvées.
Quelques autres détails qui en intéresseront certains, ma fréquence cardiaque lors de la course a été de 145 p/m , fréquence max 162 , sachant que ma fréquence cardiaque au repos a été mesurée à 27 .
Durant toute la course j'ai tourné à des bidons remplis a moitié de coca, moitié eau sans rien d'autre et en nourriture, j'ai mangé une banane entière à chaque ravitaillement.
Tout ça pour dire que des fois  pas besoin de se prendre la tête et rester simple fonctionne aussi ... à méditer !
Un autre détail : j'aurais aimé passer au contrôle anti-dopage pour prouver que tout est sain chez moi ! 
Encore merci à tous et je crois que je peux prendre ma retraite maintenant car je vois pas ce qui pourrait encore plus me faire vibrer ! ;) (sachant que la seule chose qui m'a fait le plus vibrer est la naissance de mes deux enfants, je pense que tous les papas peuvent confirmer ! )
A bientôt !

Commenter cet article

Nathan 08/01/2014 09:41

Salut Benoit,
mon père m'a parlé d'un gars que je connaissais peut qui avait gagné une "course réputée". J'ai donc jeté un petit coup d’œil à çà sur internet et j'étais heureux de voir ta photo et surtout de lire ton résumé de course. Je te félicite donc à mon tour pour cet exploit ainsi que tes skieurs de shangaï sans oublier ta femme et tes enfants (on sait bien comme c'est important...). Même si tu parles de retraite, je vais éviter de te proposer d'aller courir ensemble lorsque tu passeras nous voir à Pau dans quelques jours mais je serai heureux de te féliciter de vive voix.
Passes le bonjour au boulot et à très bientôt.

bigben 08/01/2014 09:48

merci nathan !
le bonjour sera passé et nous nous croiserons bientôt à pau, j'en doute pas !
a+ !

Vacher Hervé 27/12/2013 22:56

Bravo Benoît ! on revoit la magie de la course en te lisant et on comprend le bonheur du dépassement de soi; j'ai adoré cette course aussi qui représente des souvenirs très marquants; encore bravo pour cette performance ! respect !

Yves CARRAZ 23/12/2013 19:03

Bravo MONSIEUR Benoit, ton récit est empreint d'une grande simplicité, c'est ce qui le rend si attachant. Quelles émotions cela doit représenter de gagner une telle course, j'en suis tout heureux pour toi !. J'ai été très touché que tu tires ton chapeau aux V3 et V4 ... on n'en parle jamais, et comme je suis arrivé premier V3, je suis d'autant plus touché. A ma façon je me sens aussi un vainqueur de la Saintélyon, tout en sachant que le seul, vrai et brillant vainqueur c'est toi. J'ai 61 ans, je me sens encore frais et fringant et je compte bien continuer encore un certain temps ... je suis donc persuadé qu'arrivé à mon âge tu feras un malheur ! Si le petit récit humoristique d'un vieux vétéran peut te faire sourire, tu le trouveras en cherchant dans Google + avec mon nom et mon prénom. En tant que vétéran je me suis permis de te tutoyer amicalement mais je te tire un grand coup de chapeau et te souhaites d'excellentes fêtes. Longue et belle vie à toi et ta famille !

bigben 23/12/2013 19:48

merci Yves et oui je suis admiratif des V3 et V4 car je suis pas sur qu'a cet âge je serai encore en état de courir voir même avoir l'envie, j'espère ne jamais m'arrêter mais quand je vous vois j'espère devenir comme vous ! maintenant je file voir ton récit !
A+

thierrysucette 22/12/2013 20:30

énorme vraiment énorme. Co-organisateur des foulées de cambo on est super content d' avoir le vainqueur de la saintélyon au palmares. Si tu reviens a cambo l'an prochain bière gratuite pour toi et tes potes. Mattin m'a annoncé ta victoire en haut de l'ursuya le dimanche à 10 h On en revennait pas. Continue comme ça et plein de bonnes choses pour toi et ta famille
adio

bigben 23/12/2013 14:38

merci thierry ! si tu me prends par les sentiments avec une bière à la clef je vais être obligé de revenir en 2014 ! ;) j'adore votre course surtout qu'elle est près de la maison.
A+ !

Laulau 20/12/2013 18:51

bravo Mister Bruno... bravo.
j'étais sur la Sainté aussi, pas avec le même objectif, mais vraiment bravo. et ça fait plaisir de voir des coureurs un peu "atypique" comme toi qui peuvent gagner des courses, sans faire parti d'un team officiel et surtout en aimant "déconner" et boire de la bière.
Chose drôle, j'ai aussi un blog, et on a le même !!!!
bonne continuation
laulau

Franck 19/12/2013 12:21

Merci de ton récit, c'est trop bon de lire ça et de voir le gagnant avec un tel esprit comme on l'aime !!! Félicitations et surtout continue comme cela et à nous faire des récits de la même tonalité !!! A+
ps: alors combien de bières ?

bigben 20/12/2013 09:42

Salut Franck, le nombre de bières va être difficile à compter mais ce qui est sur c'est que des litres y sont passés ! A bientôt !

DELPHINE 17/12/2013 16:09

Finisher du saintesprint (sans tee shirt...les bloules !) je souhaitais te féliciter pour cet exploit , cette magnifique course et ce très beau récit. Chapeau.
pas de besoin de sponsors, de marques, de business seulement de l'espoir, de l'envie, de la confiance, la famille, les copains et les bons moments simples de la vie comme une bonne Fisher !!
good job !
Delphine

olivier 16/12/2013 09:32

Félicitations à toi Benoit, je suis moi meme finisher en 9h51, et ta performance laisse reveur tout traileur qui se respect. J'ai aimé ton récit, tu sembles quelqu'un de très humble qui ne se prend pas la tete. Continu comme ça !

Sportivement

olivier

Valcox 15/12/2013 12:14

Quelle humilité, quelle humanité, quelle performance, quelle belle aventure !!! Magnifique récit ! Un immense bravo !

PINK LADY 15/12/2013 02:41

Un GROS GROS BRAVO :)