Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

01 / GRUISSAN PHOEBUS TRAIL 2015 : 50 km

Publié le par bigben

GRUISSAN PHOEBUS TRAIL 2015, 50km, 2ème manche TTN



La préparation :


Je ne fus pas complètement satisfait de ma préparation pour plusieurs raisons :
- je traîne une gêne au tendon d'Achille droit depuis presque 3 semaines qui m'empêche de me faire de bonnes séances sur du plat : en effet, dès que je cours sur du bitume sans dénivelé j'ai vraiment une grosse douleur qui apparaît et ce qui est bizarre c'est que par contre, lorsque je cours en trail avec du dénivelé, je n'ai quasiment aucune gêne !
J'ai donc axé ma fin de préparation sur des sorties vallonnées de 30km maximum alors que j'aurais voulu faire des sorties de 40km.
- de plus la météo exécrable de fin janvier n'était pas propice à l'entrainement !
- pour finir, je décide que la dernière semaine je n'irai pas courir pour laisser reposer le tendon et lors de ma seule sortie de 10km tranquille sur du plat le vendredi matin, et bien franchement c'était catastrophique ! grosse douleur ... je me disais que si j'étais sérieux, et bien faudrait presque que je déclare forfait ... mais on se refait pas et je me dis chiotte ! je cours avec cette douleur depuis presque 3 semaines et ça tient, c'est pas 50km qui vont me faire abandonner !


Et puis au fond de moi, les sorties trail se passaient relativement bien, donc je me dis que c'est pas un marathon tout plat que je vais courir et que ça va passer !


Je décide donc d'y aller, accompagné de ma chérie, ça permet de concilier passion et amour, c'est génial !
Nous sommes samedi matin, après avoir accompagné Eneko au rugby, et laissé Amaia à mita ( sa grand-mère ), c'est parti pour Gruissan !
Nous en avons pour 5h00 de route environ, on fait une halte sur Toulouse pour manger, puis nous arrivons donc sur Gruissan aux environs de 15h30.


Sur place j'assiste à l'arrivée des premiers du Trailhounet, puis je fais connaissance de la famille Ferrasse ! Pour l'inscription et le logement j'avais eu à faire à la responsable de l'organisation Sylvie Ferrasse, et sur place je croise Yves ( son mari ), sa fille, sa soeur, toute la famille est de la partie !
En tout cas c'est un boulot de fou et chapeau à toi Sylvie ( ainsi que tous les autres bénévoles ) pour cette super organisation !
Je passe aussi faire un tour aux différents stands de courses qui sont présents ( notamment au trail des citadelles ).


Après avoir récupéré le logement, je pars avec Nath reconnaître les 2 points de ravitaillements qui sont sur la course pour qu'elle n'ait pas de souci à les trouver.
Les 2 ravitaillements sont près de la route principale, ça facilitera grandement la tâche à Nath !
A l'issue, direction le bar de la paix pour se boire la bière de la gagne ! La veille des templiers j'avais bu une bière et ça m'avait réussi donc je me dis que chaque veille de course je peux m'en boire une ! ( mais une seule bien sur !!!! ;) )


Il va être 19h00, on se dirige avec Nath au casino de Gruissan où a lieu la pasta party, mais avant, étant donné qu'on est au casino, et bien on va aller jouer 20 euros aux machines à sous ! On se met à une machine à 20 centimes, les 20 euros se transforment en 15 euros, 10 euros, ... des fois quelques pièces tombent et on sait pas trop pourquoi, on remonte à 14 euros, on redescend à 10 euros et là, bingo ! Nath met 20 centimes, tire la manette et glinglinglinglinglingling !!!!
pleins de pièces tombent ! excellent !!! on est riches, très riches !!!! champagne pour tout le monde !!!! on va pouvoir se payer des vacances de fous, changer de voiture, ça va être génial !!!! qu'est ce que c'est bon d'entendre le bruit des pièces ne jamais s'arrêter de tomber !!! c'est du pur bonheur !!!!
Toute les bonnes choses ont une fin et les pièces ne tombent plus, il est grand temps de faire les comptes alors c'est parti ! vu toutes les pièces qui sont tombées on se met à les compter à deux .
Roulement de tambour !!!!!!!
4, 3, 2, 1,
nous nous retrouvons donc en possession de la somme de trente deux euros ce qui fait 12 euros de gains au total !!!!!!
bon, c'est sur que pour les vacances et la voiture c'est loupé, mais pour aller boire un coup au bar le lendemain après la course, c'est gagné ! ;)
Vous y avez cru que j'avais gagné le jackpot ? j'espère que oui ! mdrrrrr !!!
On décide donc de repartir avec nos 12 euros de gains direction la salle à manger pour la pasta party, où nous recroisons Sylvie, et nous mangerons avec Thomas Saint Girons ( nous dormirons également sous le même le toit ).
D'ailleurs quelle santé ce Thomas, toujours aussi compétitif après toutes ces années de trail, c'est vraiment un monsieur .
Après avoir bien mangé, direction l'appartement pour un bon dodo.

 



Dimanche 07h00 : réveil ! que c'est agréable de ne pas se lever aux aurores.
Après un bon petit déjeuner ( merci endurance shop bordeaux pour le gatosport ;) ) on se prépare doucement, mon tendon à l'air de se porter bien, vivement le départ qu'on voit si ça tiendra.
Je prépare ma ceinture avec le matos obligatoire, couverture de survie, sifflet, coupe vent, et une réserve d'1L5 d'un mélange eau/coca .
Aux pieds je porte des Mizuno Kazan qui sont je pense très compétitives, très légères et très confortables. Pour le reste ce sera cuissard court et t-shirt technique Mizuno, on fait simple et minimaliste.
En nourriture ma chérie prend les bananes, et moi je prends des brownies et du lait concentré.
Il va être 08H15, on prend la voiture direction le départ.


C'est la première fois que je suis le favori d'une course de cette envergure, ça me change des templiers et de la Saintélyon où j'arrivais toujours "incognito".
De plus après ma sélection en équipe de France, je suis encore plus attendu.
J'ai donc une certaine pression même si c'est pas une course qui va changer grand chose, mais pour rendre la pareille à ceux qui me font confiance, je me dois de faire un bon résultat ! Gagner serait la cerise sur le gâteau mais pendant 50km il peut s'en passer des choses.
Puis je ne sais pas pourquoi mais même si je me sais en forme, j'ai une certaine appréhension ...
Du coup en tactique de course, et bien je décide de rester le plus longtemps collé à la tête de course, puis au fur et à mesure on avisera, mais hors de question de partir seul dès le début.


08h45 : je décide d'aller trottiner 5', j'ai peur pour mon tendon donc je choisis d'en faire le moins possible.


08h50 : on m'appelle au micro pour m'équiper d'une balise GPS.
La pression monte doucement, un monsieur de l'organisation vient même me voir pour me faire part de ses doutes quant à mon matériel : selon lui je ne disposerais pas du matériel obligatoire ! je suis un peu blasé qu'il vienne juste me voir moi alors que je prends toujours tout ce qui faut car étant donné que je joue les premiers rôles, je me dois de montrer l'exemple en étant exempt de tout reproche !
Tout ça pour dire que j'aimerais presque qu'à l'arrivée on nous contrôle pour bien voir qu'on dispose du matos obligatoire, et si il nous manque des choses, et bien soit c'est disqualification, soit des pénalités !

 


Revenons à nos moutons:
nous voilà donc sur la ligne de départ, je croise des têtes connues comme Julien Jorro, on se dit bonne chance et bonne course et c'est parti mon kiki !


KM 1 : ça part relativement tranquille, personne n'ose prendre la poudre d'escampette dès le début .

 


KM 2 : première rampe de lancement, on attaque un petit mur, mais nous restons toujours tous groupés, le peloton est mené par Fabien Chartoire qui connait bien cette course . Ca monte, ça descend, c'est plat, le rythme est vraiment cool, c'est bizarre .... mais toujours personne ne se risque à accélérer, de toute façon la course est encore longue, moi ça me va ! c'est toujours Fabien qui mène, je reste toujours calé à la 2ème/3ème place, ça me fait penser au vélo ou on se regarde un peu et ou personne n'ose prendre ses responsabilités !
Ca va dérouler comme ça jusqu'au KM 7

 


KM 7 : ça y est ! il y en a un qui décide que ça va pas assez vite et qui prend donc la tête en accélérant, c'est Erik Clavery. Et là, assez rapidement nous ne nous retrouverons plus qu'à 4. Il y a donc Erik, Tony Moulay ( ancien triathlète international ), David Gosse ( avec de très grosses performances sur du court ) et´moi même ! Sur le plat ça va quand même assez vite, Erik et Tony se relayant, moi restant en troisième position et David fermant la marche.
Derrière personne n'a suivi.
Je suis quand même satisfait que ça ait accéléré, ça permet de voir ou chacun se situe et je trouve que je suis pas mal, et surtout super bonne nouvelle : mon tendon ne me fait pas souffrir plus que ça ! c'est génial ! je suis trop heureux !
On alterne donc de petits layons, des cailloux, des petites montées, ça va vite et je pense qu'on commence à creuser un petit écart sur nos poursuivants. Pour l'instant tout va bien ! De plus malgré la pluie le terrain me convient très bien, pas trop technique, on peut "envoyer" sans prendre trop de risque, c'est parfait.


KM 20 : nous arrivons au pied d'une côte ou Erik commence à marcher. Je me sens très bien, je peux la faire en trottinant ! du coup je décide d'accélérer légèrement durant cette montée et je prends la tête. Je fais assez vite un tout petit écart, c'est de bon augure pour la suite car personne ne me suit ! Arrivé au sommet, c'est de nouveau "plat" et je me laisse rattraper par Erik et Tony, mon accélération a fait sauter David Gosse. Nous ne le reverrons plus et je n'apprendrai qu'à l'arrivée qu'il aura abandonné au 38ème km .
Du coup on se retrouve à 3, ça sent le podium cette histoire ! Maintenant dans quel ordre, on sait pas encore, surtout que ce Tony je sais pas du tout ce qu'il vaut en trail, et qu'Erik reste un gros client !


KM 25 : Tony accélère ! et bien dis donc, il commence vraiment à me faire peur celui-là ! sur le plat il va vraiment vite, je décide de pas le lâcher d'une basket car je sais qu'en descente et en montée je suis plus à mon avantage. Donc si je reste collé à lui sur le plat, c'est moi qui pourrais lui rendre la pareille sur les terrains plus techniques.C'est peut être pour ça que d'ailleurs dès que c'est plat, il appuie sur le champignon car il doit savoir que par la suite ça va être plus dur pour lui.
C'est ça qui est bien en trail c'est qu'il faut être complet, pour gagner on peut pas se permettre d'être bon que sur le plat ou qu'en montée ou qu'en descente, il faut être bon partout !
Cette nouvelle accélération fait sauter Erik, enfin sauter est un grand mot car il doit être à moins d'une minute de nous.
Je me retrouve donc en compagnie de Tony, punaise, il va pas nous la faire à la Benoit Cori et gagner alors qu'il n'était pas forcément "le favori" ! lol ;)


KM 30 : le tournant de la course : j'avais étudié le profil de la course et je savais que "la plus grosse difficulté" se situait après le premier ravito au km30.
J'arrive donc avec Tony, Erik doit être à une minute je pense, et grâce à ma chérie je fais un ravitaillement super express, elle me file un bidon plein ( toujours mélange eau/coca ), une banane, je lui fais un bisous salé et je repars aussi sec !
Et là, pas de chance pour Tony qui n'a pas son assistance, il doit remplir son bidon au ravitaillement et il repart donc une bonne dizaine de secondes derrière moi. C'est à ce moment que je fournis mon effort et ça monte sec. Je me dis que c'est maintenant que je peux creuser un petit écart pour garder du jus pour la suite car ce Tony m'effraie tout de même ! De plus je veux aussi montrer que je suis présent et qu'il faudra compter sur moi pour tout donner pour remporter ce trail !
Et maintenant c'est l'inconnue pour moi ! je suis seul devant, c'est super mais en même temps ce qui est embêtant c'est que l'on ne connait jamais les écarts avec nos poursuivants, est ce que mon rythme est bon ? vais-je trop vite ? suis-je en train de me cramer ? ou au contraire, inconsciemment suis-je en train de lever le pied et mes poursuivants me rattrapent-ils ? j'en sais rien du tout et c'est chiant !!! lol
A chaque montée je décide donc d'intensifier mes efforts puis sur le plat et en descente je gère en ne prenant pas de risques inconsidérés et en courant à "l'économie".
En plus le temps se casse bien la figure, il pleut, je me retrouve dans les nuages par moments, alors faut vraiment rester attentif et pas se perdre ou louper une balise, ce serait trop bête ! concentration, concentration, concentration !

 


KM 35 : je sens des débuts de crampes ! pfffff c'est pas possible ! ça veut dire que sur le plat et en descente ça va être dur d'envoyer ... pffff c'est nul ! mon rythme est toujours bon mais faut pas que je déconne, il faut courir à l'économie .
Il y a un passage qui est bien sympa, on a l'impression de passer à travers de petites gorges, on peut pas courir très vite mais c'est vraiment agréable.
Allez prochain objectif, le deuxième ravitaillement, si j'y arrive en bon état, je pense que la course sera gagnée !
En attendant il y a une dernière descente assez abrupte, puis enfin me voila me présentant au deuxième ravitaillement où ma chérie est toujours là avec le sourire sous un pont pour se protéger de la pluie.


KM42 : ravitaillement 2 : changement de bidon, banane, bisous salé ! :)
et c'est reparti mon kiki ! ce qui est bien c'est qu'on fait une petite boucle et au bout d'à peine 1 km j'ai toujours visuel sur le ravitaillement et je n'ai vu personne passer ce qui veut dire que je dois avoir au minimum une avance de 2 minutes sur mon premier poursuivant ! yes yes yes, ça sent vraiment bon cette histoire ! en théorie si je ne pète pas une durite, c'est gagné ! il n'y a plus qu'à assurer ! yes yes yes !!!!
Je pensais que les 7 derniers kilomètres allaient être tout plat mais en fait Il y a quelques derniers coups de culs à passer, c'est pas grave, être en tête ici avec de tels champions derrière moi me donne des ailes !
En arrivant, j'ai de plus en plus d'encouragements, je double aussi les derniers du 25 km, qu'est ce que c'est bon de savoir que la victoire va arriver !!!

 


Je continue donc mon bonhomme de chemin, et ça y est, j'aperçois l'arrivée !
KM 50 : que du bonheur ! franchement j'étais vraiment inquiet de ma forme, je savais pas trop où j'en étais, j'étais attendu par beaucoup de monde, en étant "l'homme à battre", et j'arrive à bien gérer la course et arriver en vainqueur, quel bonheur ! Avant de passer la ligne d'arrivée, ma petite femme est là, bisous salé, et je marche en savourant mon arrivée, je passe la ligne tout simplement heureux.
Mon beau-père aurait été fier de moi, quel dommage qu'il ne soit plus là ...

 


En deuxième position arrive Fabien Chartoire auteur d'une super gestion de course avec une super remontée !
Troisième Erik Clavery qui loupe la deuxième place à pas grand chose mais Fabien a fait un retour tonitruant !
Quatrième, Tony Moulai qui craqua un peu sur la fin et qui paya je pense son départ rapide et son accélération du 25ème kilomètre.
Cinquième Thomas Saint Girons, auteur d'une super course aussi !


Ce qui me satisfait pleinement sont les écarts à l'arrivée : j'ai quasiment 6 minutes d'avance sur le deuxième, c'est une marge assez confortable et c'est de bon augure pour la suite de la saison !
Je suis donc un homme chanceux, mon tendon ne m'a pas lâché, ma femme est à mes côtés et je remporte une super course devant des clients, je suis vraiment dans une période où on va dire que tout me réussit, faut en profiter à bloc !


Petite interview sympa pour "le pape" et "l'indépendant" je crois, puis devinez quoi ? contrôle anti-dopage ! encore ! lol ça va faire 3 contrôles en 6 mois, enfin si je suis contrôlé ça veut aussi dire que je gagne, donc je pense que j'ai pas à me plaindre non plus ... j'engloutis 3 litres d'eau assez rapidement, puis une petite heure après pipi dans le popo ( le médecin était super sympa d'ailleurs ) .
Grâce à ce contrôle j'ai pu faire plus ample connaissance avec Erik Clavery qui était aussi contrôlé, il est vraiment super sympa et chapeau à lui pour la carrière qu'il effectue.

 


Une fois tout ça fait, retour à l'appartement pour une bonne douche bien chaude, cassage de ventre avec des kinder délices, pépitos et autre conneries de gâteaux que j'adore !
Nous retournons à l'arrivée pour 15h30 où à lieu la remise des prix, je suis vraiment heureux d'être là, super remise de prix avec de super athlètes féminins et masculins, merci encore à l'organisation et spécialement à Sylvie Ferrasse à qui j'ai eu à faire.


Après des dernières discussions avec les uns et les autres, c'est l'heure de la récupération ! direction un bar au bord du port où avec ma chérie ( et aussi de Philippe Lucas qui était juste derrière nous ) on s'envoie pour commencer 2 demis chacun devant un soleil qui enfin pointe le bout de son nez !


17h45 : il est temps de passer à l'apéro à la maison, j'avais prévu le coup avec une petite bouteille de moelleux de saint croix du mont.

 


19h30 : la bouteille est finie, il est temps d'aller manger à une super crêperie "aux vents d'anges", petit ricard, grosse crêpe montagnarde accompagné d'un bon cidre, puis crêpe nutella pour finir, et là, on est bien tintin !


Au petit matin petit craquage de ma part : j'avale 6 chocolatines, 2 pains aux raisins et 2 éclairs au chocolat ... mais j'ai quand même bu un bol de thé sans sucre ! ;) mdr

Quelques enseignements à tirer :
- le vélo elliptique à l'air vraiment d'être un bon complément, je pense que c'est à inclure régulièrement dans l'entraînement.
- j'ai toujours ce problème de début de crampes, et je me dis que consommer des boissons énergisantes ainsi que manger des produits créés pour les sport d'endurance pourrait repousser l'arrivée de ce problème ... faut que j'étudie la chose ... ( mais ça va être dur d'arrêter les brownies, banane et eau coca )
- faire partie d'un team et avoir des partenaires sur qui compter permet réellement de pouvoir progresser et de se concentrer sur la course, merci à Mizuno ( en particulier Benoit Holzerny ) et Endurance Shop Bordeaux ( avec Yann Couanon et Julien Grelot ) d'être là.
- encore un grand merci à ma femme d'avoir été à mes côtés et de conduire toute la route du retour pendant que je tape ce compte rendu ! :)
- pour finir merci à tous pour vos encouragements, franchement ça fait chaud au coeur d'être suivi par tant de monde, merci merci merci ! ! ! ! ! !


Place maintenant à une petite semaine de récupération, et si le tendon se porte bien mon prochain objectif sera le 8 mars au Senpereko trail que je rêverais de gagner devant l'armada espagnole, puis surtout le 21 mars à l'Ecotrail de Paris où franchement, une arrivée en tête au premier étage de la tour Eiffel serait extraordinaire !

Go, go, go, go, go, go, ! ! ! ! ! ! !

 

Benoit
 

Commenter cet article

Griome 26/02/2015 22:38

Super récit, on voit bien que le plaisir est le moteur, vu les watts que tu envoies ça vaut bien quelques chocolatines de temps en temps!!

Julien 26/02/2015 22:28

Hello champion! Un résumé de course super complet et bien structuré, merci encore de partager ton expérience, je ne me lasse pas de lire tes exploits!

bruno 25/02/2015 20:29

Salut Benoit,bravo pour tes perfs,tu as un sacré moteur et bcp de volonté pour tes seances....mais je trouve dommage que ton hygiene alimentaire ne suive pas et je pense que ta nouvelle en est le resultat...tu devrais t interresser à ce domaine qu est la nutrition et l hygienisme ....une petite video sympa pourra t ouvrir les yeux sur l importance de l alimentation.si tu as un peu de temps regarde la video d irene grosjean...si tu veux plus de renseignement n hesite pas à me contacter.ps je ne vend rien .bon retablissement Bruno

Taz 18/02/2015 21:08

Merci pour ton CR. Bravo encore pour ta course. Content d'avoir fait ta connaissance.
RV dans 5 semaines à Paris

Laurent C 18/02/2015 17:01

J'adore ton approche du trail et ce côté relâché, pas prise de tête que tu as lorsque tu prépares une course. Un gros potentiel qui n'a pas fini de surprendre je pense...

skumy 17/02/2015 15:08

félicitation et merci pour ce superbe récit. change rien, continue bien tes petites courses tranquillou à 15km/h...

merci

Vincent 17/02/2015 10:38

Salut Benoit!

Toujours un plaisir de lire tes comptes rendus! surtout quand c'est toi qui ramasse la mise (je parle pas du casino )
Belle course en tous cas, bien gérée
Bonne récup, bons pains au chocolat (c'est comme ça qu'on dit ici à Rouen dans le nord ou presque) et continues à nous faire vivre tes aventures! A plusse

Alex 17/02/2015 10:38

Ne change rien (facon d etre, de courir et tes comtpes -rendu...)
Concernant tes soi-disant probleme de poids, je te trouve sec comme un coucou sur les photos? Bonne chance pour la suite de la saison

Fidèle Gastro 17/02/2015 09:59

Zorionak !!!
Jorro, Clavery, Canaday, Heras, Court, Gault... Le tableau de chasse commence à être bien rempli. Fini l'anonymat pour l'ustaritzar !
Entre 50 et 80 km, il y a pas mal de mecs qui commence à flipper de vous voir inscrit au départ.
Tu fais le Grand Raid des Pyrénées ? Il y a un 80km...
Gero Arte !

BenoitD 17/02/2015 09:45

Bravo Benoît !!! Première course nationale où tu étais attendu et tu as tenu la baraque !!
Nous qui te suivons n'avions pas de doute, mais c'est toujours plus facile de parier sur toi assis sur notre canapé...toi tu avais la pression et tu as envoyé ce qu'il fallait. Tu sais ce qu'il te reste à faire pour l'éco-trail. En espérant que ton tendon te laisse tranquille d'ici là....
Par contre je ne sais pas ce qui m’impressionne le plus, ta course ou tes 6 chocolatines !!!!